Dystopie…

Tout va bien, merci.

What else…

Hier, j’ai découvert Nespresso.

Déconnez pas : c’est bien plus que vous croyez, bande de p’tits médisants. Début, suite et fin d’une histoire d’amour qui coûte la peau du derche [et ou la touillette tient debout toute seule]

Tout commence par un Moi en crise de manque cafeïnesque, glandant au bureau avec pour seule solution….une machine Nespresso.

D’abord, on se tâte : Nespresso c’est chiant, Nespresso c’est l’enculade sans la vaseline, Nespresso c’est trop propre-jeune-bourge-cadre-dynamique-intérieur-cuir-parfum-vanille. Nespresso…c’est le mal et puis merde, je suis fort, je pourrais passer la journée sans café.

Et puis vient la pause clope, celle du matin à 10:00. Celle du « j’vaisfumer-une-clope-tu-viens-avec-moi-copain »? lancé au collègue [évidement non-fumeur, lui] qui s’emmerde aussi et donc accompagne ne serait-ce que pour prendre l’air.
Et là tout dérape. Forcément, vous avez beau tenir dur comme fer votre sevrage : avec la clope va le café. C’est comme ça, c’est réflexif. Traditionnel même [ce mot qu’on utilise pour justifier quelque chose sans avoir besoin de réfléchir]. La volonté se fissure, s’éffrite et finalement tombe en morceaux et c’est bien décidé à sauver les meubles de votre dignité que « Oui! Un café bordel!…Mais pas chez Nespresso-le-grand-satan ».

Direction Starbucks donc [comment ça c’est tout pareil?]. Starbucks qui vous coûte 15 minutes de marche [alors qu’il y en a un à 50m mais qu’on-ne-vous-dit-jamais-rien-nom-didjou-de-nom-didjou] que vous justifiez intérieurement par le fait que seule la marque à la sirène peut vous servir vos 50cl de Kawa extra-strong [quitte à céder à la tentation, autant céder complètement] et au fait que l’collègue en prendrais bien un aussi, de café.

Tic-Tac…

12:30. A nouveau en manque mais avec trop-la-flemme-de-bouger-à-starbucks [ben oui, celui à 50m est toujours Terra Incognita] vous tenez avec ce que vous pouvez [boulot, musique, je-glande-sur-le-ouaib, rue89..bref] jusqu’à 15:45 l’heure à laquelle vous n’en pouvez plus parc’qu’ils-font-chiers-ces-cons-de-collègues-à-venir-se-faire-des-cafés-à-la-chaine-après-bouffer-alors-que-la-machine-Nespresso-est-juste-devant-vous !

Cri de guerre, cri de rage, levage et bougeage de cul jusqu’à la grotte ou se cache la Bête [soit la porte à droite quand vous sortez de l’immeuble]. La Bête à de grandes dents et un sourire innocent.

« Bonjour Monsieur..c’est pour une première commande?
-Heu…oui, ‘fin un achat quoi.
– Asseyez-vous un Expert Café va s’occuper de vous »

C’est donc dans un fauteuil de la taille de mon appart’ que je m’installe et commence à pioncer du sommeil du juste quand ledit Expert Café pointe le bout de son nez, me redonne du Monsieur et m’annonce que l’on va « procéder à mon inscription ». Tenez vous bien, chez Nespresso, acheter son bousin est devenu une véritable affaire d’état.

« Alors, il me faudrait votre Nom, Prénom, adresse complète, numéro de téléphone et adresse mail s’il vous plait.
– Oulà..heu….alors mon prénom : ******. Je garde le reste pour moi si ça ne vous ennuis pas. *sourire*
– Ah Monsieur ce n’est pas possible, ils nous faut tous les renseignements.
– Pour me vendre du café?
– Oui.
– ….. »

Je vous épargne la bataille qui s’en est suivie [car il était bien évidement hors de question que je tourne les talons, je voulais MON café à MES conditions. ‘ de Dieu!]…que j’ai emporté haut la main [bouffes ça « process » de mes dos]. C’est donc à nouveau tout sourire que le bonhomme me parle soudainement [et passionnément] de café comme on me parlerais de Grand Vin, me redonne obséquieusement du « Monsieur » et une carte « Club-Premium-What-Else-Ta-Soeur-Vous-Voulez-Une-Pipe? » dont je n’ai rien à foutre avant de me faire gouter tous les cafés dont je peux avoir envie.

Résultat : je repars avec 150g de noir et 10€ en moins. Remarquez, il est sacrément bon mais à se prix là je pourrais tout aussi bien aller monter mon exploitation agricole en Bolivie ou me faire livrer directement depuis le costa-rica. L’enculade donc [comme dit au début], mais avec de la vaseline et des petits gâteaux siou-plait.

Bref…j’irais chez Auchan ach’ter les contre-façons copies légales :=)

Publicités

3 commentaires sur “What else…

  1. Keagan
    6 avril 2011

    Ah ah! :kloune: Jerry beaucoup. x)

  2. Anagram_Underscore
    7 avril 2011

    Alors en vrai y’a même pas Georges Clooney à la sorti de la boutique, pour te lancer un petit « What else ? » avec de la sexitude en dedans sa voix…Quelle déception, quelle déception… : o )

    • La Tâche
      7 avril 2011

      Par contre, « They Recycle… » comme dans la pub.

      D’ailleurs, il manque aussi la bonasse aux yeux qui crient « braguette ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 avril 2011 par dans Ces petits moments là..., et est taguée , , , , .

Navigation

Lecteur, Lectrice, tu m'aimes mais le RSS t'emmerde et tu ne veux quand même pas louper mes dernières bavures? Abonnes toi en entrant ton email [et c'est Gratuit]!

Rejoignez 57 autres abonnés

Et oui….moi aussi.

  • @vueling inside Fight VY8016...blocked since 40mn on BCN tarmac with no info whatsoever, and no com' from crew. Cheers. 4 weeks ago
%d blogueurs aiment cette page :